L’amitié pour la vie, un bon moyen d’entretenir sa mémoire

(et aussi une bonne excuse pour boire un coup sans raison valable)

Vous êtes-vous déjà demandé si vos copains du bac à sable resteraient dans vos contacts jusqu’à ce que vous deveniez vieux et édentés ? Probablement, nous l’avons tous fait. Et chanceux sont ceux qui y parviennent malgré les aléas de la vie ! Une étude publiée dans le journal NeuroscienceNews pointe du doigt l’importance de l’amitié à long terme dans le maintien des fonctions cognitives et de la mémoire… Scienti’Click fait le point pour vous !

 

  • L’amitié, ce n’est pas uniquement une affaire de pack de bières

Ah, les virées du samedi soir. Les coudes levés, les éclats de rire, les promesses de continuer à rire autant dans vingt ans même avec les enfants qui braillent. Nous en rêvons tous ! Figurez-vous qu’au-delà de l’aspect sympathique d’avoir des amis que l’on connaît depuis des décennies, l‘amitié qui dure est un sérieux avantage dans la protection de la mémoire. C’est ce qu’a mis en évidence le travail de la Northwestern University. Zoom sur une étude qui vous donnera envie de rappeler Jean-Paul du CE2 !

Tout découle de l’analyse de la sociabilité chez les personnes âgées. En 2013, une précédente étude également menée par la Northwestern University Feinberg School of Medicine a permis d’identifier une population de SuperAger. Il s’agit de personnes âgées de 80 ans et plus dont les capacités cognitives sont au moins aussi bonnes que des individus âgés de 50 à 60 ans. Avouez-le, ça fait quand même un peu rêver ! De façon intéressante, cette population est composée de seniors dont les relations sociales sont pleinement satisfaisantes et de bonne qualité, par rapport à des individus du même âge ne présentant pas d’aussi bonnes fonctions cognitives. Là, je crois que vous commencez à voir où je veux en venir.

Vous n’avez pas besoin de passer votre vie à faire la fête, rapporte Emily Rogalski, professeur associée à l’étude. Ces résultats supportent néanmoins la théorie selon laquelle maintenir un réseau social solide contribue à diminuer le déclin cognitif.

  • Entretenir l’amitié pour éviter Alzheimer

Les participants à cette étude ont répondu à un questionnaire de 42 questions appelé « Ryff Psychological Well-Being Scale » (en français, Echelle du bien-être psychologique de Ryff). Ce test permet d’examiner 6 grands aspects du bien-être psychologique : l’autonomie, les relations positives avec autrui, le contrôle de l’environnement, l’évolution personnelle et les objectifs de vie. Les SuperAgers ont ainsi réalisé un score de 40 en moyenne dans le domaine des relations positives avec les autres, contre un score de 36 pour le groupe contrôle -une différence significatives pour le professeur Rogalski.

Ces résultats sont particulièrement encourageants et excitants puisqu’ils constituent une première étape vers la compréhension des différents facteurs influençant les capacités cognitives chez les personnes âgées. Il s’agit par ailleurs d’un facteur « modifiable » étant donné que l’entretien de l’amitié ne repose sur aucun fond génétique. Par conséquent, travailler au maintien de relations sociales fortes et positives est un choix reposant sur l’individu et cela pourrait permettre de retarder le déclin de la mémoire, entre autres !

Une autre étude parallèle a mis en évidence le déclin des relations sociales chez les individus atteints de la maladie d’Alzheimer. Il a aussi été montré que le bien-être psychologique à un âge avancé était associé à la diminution du risque de développer cette même maladie. Evidemment, tout n’est pas aussi simple : il ne suffit pas de rester amis avec ses copains d’enfance pour éviter Alzheimer. Mais comme le souligne le professeur Rogalski, « s’il existe une liste de choses saines à faire pour se préserver au maximum de la démence, conserver une amitié de longue durée en fait partie ». Rien ne garantit que la maladie ne se développera pas, mais les effets ne peuvent être que positifs sur les fonctions cognitives et la mémoire.


Vous l’aurez compris, il n’existe pas encore de solution miracle pour terminer ses jours à coup sûr avec une tête bien pleine et bien faite. Ce qui sûr, c’est que développer de nouvelles amitiés et raviver les anciennes ne vous fera jamais de mal… Bien au contraire ! Songez un peu à toutes ces parties de Sudoku endiablées que vous pourrez faire avec vos amis -plus si jeunes que ça- pour vous maintenir en forme ! En attendant l’heure de la retraite, vous savez quoi faire (non, je n’incite en aucun cas à la consommation d’alcool).

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.